Témoignage de Joseph Carlino

 

 

 

Je suis né dans une famille catholique qui croyait à l'existence de Dieu. Tout jeune j'allais à l'église le dimanche matin ainsi qu'au catéchisme, sans trop comprendre l'amour de Dieu. IL m'arrivait parfois de passer devant le prêtre pour confesser mes péchés. Après lui avoir tout raconté, il fallait que j'adresse des prières à plusieurs saints, Saint-Paul, Saint-Jacques, Saint-Joseph ainsi qu'à Marie, mère de Jésus en m’agenouillant devant eux. Autant vous dire que je ne ressentais rien, je m'ennuyais énormément car ce n'était que des statues de pierre qui n'entendent pas et ne voient pas. Lorsque je sortais de l'église après m'être confessé et tenu devant les statues, je peux vous garantir que je n'avais pas changé. J'avais beau essayer de faire des efforts pour m'améliorer, je n'y arrivais pas, j'étais toujours le même.

 J'ai continué à aller à l'église, j'ai fait ma communion solennelle. C'était le jour de la Pentecôte et ce jour-là, j'ai reçu une claque d'un évêque : c'était soi-disant une façon de recevoir le Saint-Esprit. Mais malgré tout cela, rien n'avait changé dans ma vie.

 J'ai grandi et en moi grandissaient la haine, la méchanceté, le blasphème, la colère, le mensonge, la rancune, le péché. J'étais un jeune homme qu'il ne fallait pas trop "chatouiller" car la moutarde me montait rapidement au nez et je ripostais de suite en donnant des coups, d'autant plus que pour un Sicilien, il est difficile de rester calme.

 Malgré l'impression de bagarreur que je donnais autour de moi, la nuit je ne faisais pas le malin. Le jour, tout allait bien, mais la nuit, la peur s'emparait de moi. J'avais toujours l'impression qu'une personne me suivait pour me faire du mal. L'église et la communion solennelle n'avaient absolument rien apporté dans ma vie!

 J'aimais beaucoup aller au cinéma et lorsque je sortais du cinéma, je faisais le caïd en relevant le col de ma veste et en bombant le torse en me prenant pour le héros du film. J'étais légèrement fier. Il y avait des films qui me touchaient énormément, c'était des films qui parlaient des chrétiens, ces gens qui n'avaient pas peur de la mort. Ils préféraient mourir plutôt que de renier leur foi en un Dieu vivant. En moi il y avait un désir de devenir un vrai chrétien. Déjà Dieu voyait en moi cette soif d'être un authentique chrétien car la volonté de Dieu, c'est que tout homme soit sauvé et parvienne à la connaissance de la Vérité.

 Un jour, ma sœur aînée m'a invité à venir écouter la Parole de Dieu dans une salle toute simple. Il n'y avait pas de crucifix, pas de saints, pas de statues, mais il y avait la présence de Jésus. J'ai entendu l'évangile dans sa simplicité et là j'ai compris que Jésus-Christ était venu dans le monde mourir pour moi pour pardonner mes péchés, pour changer mon cœur, pour me transformer, pour me donner une vie nouvelle et pour sauver mon âme de la mort éternelle.

 Je lui ai donné mon cœur, ma vie, je l'ai accepté comme mon Sauveur personnel et je ne le regrette pas car Il a tout fait pour moi. Le jour où j'ai donné mon cœur à Jésus, ma vie a changé : je n'étais plus le même, je n'avais jamais été aussi léger ; tout en moi était différent et je voyais la vie d'une autre manière. Même mes amis voyaient en moi une transformation car j'étais devenu un nouveau jeune homme.

 Je peux dire que la haine, la colère, le blasphème, le mensonge, la rancune et la peur de la nuit ont été chassés de mon cœur parce que Jésus est venu faire sa demeure en moi. Il m'a donné sa paix, sa joie et cette certitude qu'Il est avec moi tous les jours jusqu'à la fin du monde.

 A Lui seul soit toute la gloire pour ce qu'Il a fait hier, pour ce qu'Il fait aujourd'hui et pour ce qu'Il fera demain.

 

Tiré de : www.venezamoi.com

 

 

 

Index